Enseigner l’histoire et la géographie de la Bretagne, une mesure de salut public

 Articles archivés  Commentaires fermés sur Enseigner l’histoire et la géographie de la Bretagne, une mesure de salut public
Mai 252016
 

cbeEditorial de la Présidente Mai 2016

le 22 mai 2016, la fameuse bataille de Ballon a été commémorée à Bains -sur- Oust près de Redon. « Fameuse » ? Hélas, connue seulement de quelques initiés à l’histoire de Bretagne, car enfin, combien de Bretons connaissent l’existence de cette victoire du premier roi breton, Nominoë, contre les troupes franques du roi carolingien Charles Le Chauve, le 22 novembre 845 ? Cette victoire a donné au territoire breton non seulement son indépendance mais aussi ses frontières naturelles (Bretagne réunifiée).

L’Europe, l’unité dans la diversité

Force est de constater malheureusement que les jeunes sont rarement présents aux cérémonies commémoratives des temps forts de l’histoire de Bretagne. Et pour cause, l’histoire de Bretagne n’est pas enseignée à l’école. Alors comment s’y intéresser ? Bien entendu, il y va de la responsabilité de chacun car les ouvrages d’histoire bretonne sont fort nombreux et la plupart du temps d’excellente qualité. Cependant, on le sait, pour être intéressé (sans même parler d’être passionné) il faut souvent être initié. Or, du fait d’un État français ultra centralisateur, l’Éducation nationale n’a pas vocation à enseigner les spécificités des territoires. C’est un tout profondément nationalisé qui est proposé aux élèves de collège et de lycée. Ceci dans le but de susciter l’union autour d’un projet de vie commun, et celui-ci, en France, ne peut donc s’envisager que comme unique et indivisible. L’ enseignement de l’histoire est par conséquent intrinsèquement politique, au même titre que l’enseignement moral et civique… Pourtant, lorsque l’Union Européenne est étudiée en classe elle est souvent envisagée, elle, comme riche car diverse. Ainsi, des chapitres de manuels scolaires titrent : « l’Europe, l’unité dans la diversité ». Cette définition de l’Europe est donc présentée comme positive. L’État ferait bien de s’inspirer de cette devise européenne au risque de voir la société française se déliter encore davantage…

Lire la suite »

Réseaux sociaux :

Problème breton ou oligarchie institutionnelle ?

 Articles archivés  Commentaires fermés sur Problème breton ou oligarchie institutionnelle ?
Mai 172016
 

1627673_6_9a4e_couverture-de-l-ouvrage-de-sophie-coignard-et (1)Bien des Bretons sentent peser sur eux un couvercle qui les empêche de penser autrement que dans le cadre national-républicain, c’est-à-dire en se soumettant à une oligarchie parisienne omnipotente. Et quand en Bretagne des revendications se font jour, cette oligarchie politico-journalistique nous explique qu’au final le problème vient … des Bretons. Rappelez-vous les Bonnets rouges et l’affaire de l’écotaxe : il fallait être Breton pour ne pas comprendre le génie parisien, et n’avoir décidément aucune honte pour sortir les gwenn-ha-du !

Or, la vérité, c’est qu’il n’y a pas de problème breton, mais bel et bien un problème français.

Avec lequel non seulement les Bretons se débattent, mais aussi de plus en plus de Français. La différence, c’est qu’en Bretagne, nous pouvons espérer reconstruire un avenir démocratique sur la base de notre territoire et de notre identité particulière, nous pouvons nous passer de Paris, nous l’avons déjà fait !

Le reste des Français, exceptés les Alsaciens, les Corses et les Basques, n’ont pas la même facilité. N’étant plus que Français, ils ont plus de difficultés à penser par eux-mêmes et autrement que via le système parisien. De plus en plus perçoivent cependant qu’il s’agit d’un monstre politique, d’une Union soviétique qui a réussi (pour combien de temps encore ?). Que tout ça ne durera pas éternellement.

Lire la suite »

Réseaux sociaux :

Brezhoneg yezh ofisiel ! Redadeg 2016

 Articles archivés  Commentaires fermés sur Brezhoneg yezh ofisiel ! Redadeg 2016
Mai 102016
 

L’édition de la Redadeg 2016 a été un grand succès médiatique et un énorme succès populaire au regard du nombre de participants qui se sont relayés le long des 1700 km de course, et du très nombreux public présent sur le parcours entre Saint- Herblain (44) et Locoal-Mendon (56). Après un véritable tour de Bretagne, cette course pour le breton, dont le bâton relais symbolise la transmission de la langue bretonne au travers les générations et des territoires bretons, a réussi son pari et nous nous en réjouissons !redadeg 2016

La démonstration est faite encore une fois que la langue bretonne intéresse un large public et, au-delà des seuls brittophones, ce sont tous les Bretons qui se rendent compte de sa valeur pour leur propre culture et identité, et au-delà pour l’humanité toute entière.  Lire la suite »

Réseaux sociaux :

NDDL… projet d’utilité publique ou nouvelle gabegie ?

 Articles archivés  Commentaires fermés sur NDDL… projet d’utilité publique ou nouvelle gabegie ?
Avr 082016
 

Le dernier fil de l’actualité nous présente le dimanche 26 juin comme la date retenue pour le référendum sur l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, mais cette même actualité nous fait entendre de plus en plus fort les dissonances entre les ministres du gouvernement à propos du dimensionnement voire de l’utilité du projet.

Breizh Europa, qui n’est pas opposé par principe à la construction d’un grand aéroport à portée intercontinentale en Bretagne, se prononce contre son installation à NDDL pour plusieurs raisons.

NDDL

Tout d’abord cet aéroport, comme le confirment de nombreux experts, ne sera au mieux qu’un aéroport desservant l’Europe et éventuellement l’Afrique du Nord, mais en aucun cas un aéroport à portée résolument intercontinentale. Lire la suite »

Réseaux sociaux :

«Monolinguisme monomaniaque»

 Articles archivés  Commentaires fermés sur «Monolinguisme monomaniaque»
Mar 142016
 
Comment les Radicaux de Gauche voient le bilinguisme à Rennes.

Comment les Radicaux de Gauche voient le bilinguisme à Rennes.

La section rennaise de Breizh Europa se devait de réagir à l’article du Groupe Radical de Gauche paru sous de titre de «vigilance linguistique» dans le journal municipal, «Les Rennais». Le Parti Radical de Gauche (PRG) s’insurge donc contre le risque «d’entre-soi culturel et linguistique» dont pourrait découler le bilinguisme français breton sur les plaques des rues de Rennes, tout en confirmant son opposition aux écoles Diwan.

Breizh Europa rappelle tout d’abord que le bilinguisme est la norme en Europe, que ce soit en Espagne, en Belgique, en Irlande, et dans bien d’autres entités territoriales. Il faut également préciser que dans tous les pays de l’UE, hors la France et la Grèce, la Charte des langues minoritaires a été votée et mise en application, ce qui fait que, en dehors de l’Hexagone et de la République Hellénique, les langues minoritaires ont toutes un statut officiel en Europe démocratique.

Mais les Radicaux de Gauche sont très attachés à cette république qui ne connaît qu’une seule langue, faisant des Français le seul peuple au monde fier de ne parler qu’un  seul idiome. Avec le résultat que l’on sait dans l’enseignement d’une manière générale, quand la France ne pointe plus qu’à la vingt-cinquième place du dernier classement de l’OCDE évaluant le niveaudes élèves âgés de quinze ans. Avec le ridicule achevé de ce monolinguisme maniaque qui fait qu’aucun des quatre derniers présidents de la République n’est ou n’était capable d’aligner une phrase correcte en anglais, quand tous les autres chefs d’État européens sont au moins trilingues. Lire la suite »

Réseaux sociaux :

À la loterie du Remaniement, tout le monde a sa chance.

 Articles archivés  Commentaires fermés sur À la loterie du Remaniement, tout le monde a sa chance.
Fév 162016
 

Une semaine après l’annonce du remaniement, il nous parait intéressant d’analyser ce non-événement. En effet, à un an et demi d’échéances cruciales pour François Hollande, il est un peu tard pour prétendre donner un coup de collier. Ce qui n’a pas été réussi jusque-là, en trois ans et demi, ne le sera pas maintenant. Tout ceci est donc destiné à préparer une base électorale pour la candidature de François Hollande. Au-delà de l’aspect extrêmement égoïste de cette démarche, c’est l’aperçu de l’état de la démocratie française qui ici nous interpelle.

D’abord on augmente le nombre de postes pour contenter tout le monde et sans tenir compte des dettes de cet État français éternellement dispendieux. On trouve ainsi, dans cet aréopage à la Prévert, un radical de gauche, Jean-Michel Baylet, président d’un parti d’élus prompts à sauver le département pour garder leur place. Battu aux dernières sénatoriales, J-M. Baylet a donc droit à un lot de consolation, et le PRG se trouve ainsi confirmé dans le rôle symbolique de dernier allié du PS. J-M. Baylet est également patron d’un important groupe de presse, cela peut toujours servir… Lire la suite »

Réseaux sociaux :