Avr 042019
 

600 maires (900 selon les publications les plus patriotiques) ont écouté le Président de la République Française Emmanuel Macron s’exprimer à Saint-Brieuc hier, avant de lui poser des questions.

Photo Sputniknews

Le président a promis d’une nouvelle étape de la décentralisation, et évoqué le besoin de redéfinir le projet national et européen. C’est dit. Mais sans donner beaucoup de détails, ni préciser aucune piste. Il était cependant en terrain conquis. Conquis parce que l’assemblée, dans laquelle tout le monde s’était ceint de l’écharpe tricolore de rigueur, croit très fort aux valeurs républicaines hexagonales. Très bien. Et puis les questions sont venues de quelques-uns de ces édiles qui ont exprimé le fait qu’ils en avaient soupé des règlements tatillons, d’autres ont demandé qu’on leur fasse plus confiance, enfin les plus hardis ont plaidé pour que la région soit à même de tenter des expérimentations. Quel courage !

Enfin tout le monde est reparti content, conquis, après une Marseillaise reprise à pleine voix par le sulfureux Ferrand, qui était là aussi bien sûr.
On a donc assisté à une démonstration de force de l’esprit républicain français chez les maires de Bretagne. Ils respectent les institutions, mettent leur écharpe pour accueillir le président descendu de Paris exprès pour les voir, un président qui va repartir ensuite jusqu’à Rennes en convoi ultra protégé alors que tous les ponts enjambant la RN 12 sont sous contrôle la gendarmerie.
Ils croient très fort aux valeurs républicaines ces maires de Bretagne, mais connaissent-ils les valeurs démocratiques ? Ont-ils osé évoquer le référendum refusé en Loire-Atlantique malgré les 105 000 signatures d’habitants le réclamant au sujet de la réunification ? Non. Une demande de démocratie étouffée d’ailleurs par un certain Grosvalet, lui aussi prompt à porter l’écharpe tricolore.

Savent-ils ces maires, que dans les régions maritimes comparables à la Bretagne, le pouvoir local est considérablement plus puissant qu’en France, et que dans ces régions ou pays comparables, entre autres différences, le développement des énergies renouvelables, hydroliennes, éolien, méthanisation est incommensurablement plus développé que dans la région qu’ils contribuent à administrer ? Savent-ils que, dans ces régions, une partie importante du fruit des impôts ne repart pas vers le pouvoir central mais est gérée à même la région ? Quand eux continuent à mendier des subsides auprès de ce pouvoir hypertrophié.

Savent-ils que les valeurs républicaines, desquelles ils se réclament, ont forgé un pays où, entre autres multiples avanies, un certain Bernard Tapie peut braquer 400 millions à l’État avec l’aide d’un président de ladite république, de juges tout aussi républicains et d’une future présidente du FMI ?

Tentent-ils de nous faire croire, ces maires, qu’ils vont faire progresser la Bretagne et permettre à ses habitants de vivre mieux, dans ce cadre-là ?
600 maires : y-avait-il un Breton dans la salle ?

Vincent Fraval

Secrétaire Général de Breizh Europa

Réseaux sociaux :

Désolé, les commentaire sont désactivés pour l'instant.