Avr 182017
 

élections françaises : Votons Ubu Breizh EuropaAucune remise en cause de l’unicité et de la centralisation françaises.

Vu de Bretagne, de Corse ou encore d’Alsace ces élections françaises ont de quoi dérouter. Voilà en effet onze candidats évoquant un pays dont ils reconnaissent les difficultés et les problèmes structurels; aucun cependant ne remarque que la France est le seul pays à avoir conservé un système centralisé à ce point, quand tous ses grands voisins européens ont opté pour le fédéralisme. Aucun ne remet en cause le dogme rigide de l’unicité qui confine au final à une uniformité ravageuse, autant pour la culture au sens large que pour l’économie ou la libération des énergies locales. Et quand il s’agit d’évoquer le voisin allemand, la plupart veulent en découdre avec Madame Merkel et ses excédents commerciaux plutôt que de s’inspirer de la bonne gouvernance de la république fédérale allemande.

Ce qui n’évolue pas est condamné à disparaître.

Au contraire, voilà donc les candidats français en appelant pour la plupart au Général de Gaulle disparu il y a près de cinquante ans, comme si le monde n’avait pas profondément changé depuis, comme si cette France rigide et nostalgique était finalement incapable d’évoluer. On sait pourtant que ce qui n’évolue pas est condamné à disparaître. Mais la plupart de ces onze personnages sont en quête d’auteur et il semble qu’ils veulent juste briller et brailler le temps d’une campagne qui pourrait bien être la dernière encore un tant soit peu pacifique.

« Les 11 candidats» : un casting de série B.

Des Français sans doute déroutés sont prêts à donner leur voix à des candidats désireux de quitter l’Europe. Comme si s’enfermer dans l’Hexagone était la meilleure solution. Remarquons d’ailleurs que les deux principaux candidats anti -Europe sont parallèlement pour la suppression de l’échelon régional, comme si régions hexagonales et Europe étaient à la base du complot international désireux de voir la France à genoux. Ces deux candidats anti -Europe siègent cependant au parlement européen. Heureusement pour eux que le ridicule ou le carriérisme ne tuent pas ! Mais l’on voit surtout que le bon sens a expiré depuis longtemps en France quand il suffit finalement d’être provocateur pour devenir convaincant. Et que dire du gentilhomme de la Sarthe qui donne des leçons de rigueur et qui a acquis un château au dressing room impressionnant mais s’avoue incapable de faire des économies ? Que dire de l’ancien frondeur surpris d’être frondé à son tour, ou encore des complotistes en tous genres qui complètent ce casting déconcertant? N’oublions pas le jeune premier sorti de l’ ENA qui a des accents justes pour évoquer la langue corse un jour, avant de se féliciter le lendemain du travail des hussards noirs de la République qui ont contribué à détruire les langues dites régionales. Et si ces élections n’avaient aucun sens ? Car au final, dans cette république étonnante, Ubu sera toujours roi.

Caroline Ollivro

Présidente Breizh Europa

Partager

Désolé, les commentaire sont désactivés pour l'instant.